Comment vaincre les 10 peurs les plus courantes qui freinent notre créativité ?

Peurs créativité
Peurs créativité

Je poursuis cette série d’articles pour encourager la créativité, favoriser la créativité, susciter la créativité, stimuler la créativité, améliorer la créativité, développer la créativité, augmenter la créativité, soutenir la créativité, bref surtout pas pour limiter la créativité !
Vous pouvez commencer par lire cet article pour apprendre de nouvelles idées issues des récentes découvertes scientifiques et stimuler votre imagination et stimuler votre créativité, votre potentiel de créativité en vous imprégnant des comportements des personnes extrêmement créatives.

Vous avez peut-être entendu d’autres personnes dire que tout le monde est créatif. Nous sommes touchés par la créativité des enfants, ils semblent être dotés d’un esprit de créativité. Et pourtant, nous sommes si nombreux à perdre cette confiance créative au cours de notre adolescence et de notre vie d’adulte. Nous devenons des personnes qui ont peur des idées créatives et stoppent leur développement créatif.

Le Dr Will Schutz, éminent psychologue et pionnier du mouvement pour le potentiel humain, pense que la peur est le plus grand obstacle à la créativité. Plutôt que de laisser libre cours à sa créativité et de créer quelque chose de nouveau, beaucoup d’entre nous nous retenons de développer notre créativité car nous faisons de notre mieux pour éviter les conséquences de notre peur.

Elizabeth Gilbert, l’auteur de Manger, Prier, Aimer, dit que « La peur et la créativité sont des jumelles. Ce qui empêche les gens d’être créatifs, c’est que pour tuer la peur, ils finissent par tuer aussi la créativité ».

Les messages qui encouragent la conformité et le contrôle imprègnent nos écoles et nos lieux de travail. Pourtant, nous avons soif de créativité, besoin de créativité, d’avoir de nouvelles idées, d’être plus créatif. L’innovation est admirée et considérée comme un modèle à suivre. Si seulement nous pouvions empêcher la peur de nous freiner.

Inspirée par un article écrit en anglais par D. Clark, voici les 10 craintes les plus courantes qui nous empêchent de libérer la créativité. Pour chacune, je vous propose des idées pour la combattre et laisser sa créativité s’exprimer :

1. La peur de ne pas être créatif

Les gens qui ont cette peur ne croient pas qu’ils sont créatifs au départ, ils excluent même la possibilité qu’ils puissent être créatifs. Parfois, ils se considèrent comme trop rationnels, ou trop ennuyeux pour être créatifs. Ils peuvent dire des choses comme : « Je n’ai pas un seul os créatif dans mon corps ».

Souvent, ces personnes oublient la façon dont elles font preuve de créativité et d’imagination chaque jour.

Une femme parle d’une époque où elle n’avait plus de rouge à lèvres et ne pouvait plus se permettre d’en acheter. Mais son apparence était importante pour elle, alors elle a utilisé un pinceau pour combiner de minuscules quantités du fond de deux vieux tubes de rouge à lèvres, et a créé une nouvelle couleur avec juste assez pour la porter le reste de la semaine.

Toute la journée, elle a reçu des compliments sur son rouge à lèvres. Sons sens de la créativité a naturellement répondu aux circonstances dans lesquelles elle se trouvait.

Ce que vous pouvez faire :

Lorsque j’accompagne des personnes qui veulent être plus créatives, mon travail ne consiste pas à leur apprendre comment faire, je les aide plutôt à redécouvrir la confiance en leur créativité qui leur était inhérente lorsqu’elles étaient enfants.

Commencez par élargir votre définition de la créativité. Vous n’avez pas besoin d’être Van Gogh. Regardez autour de vous les façons dont vous surmontez les difficultés et voyez à quel point vous êtes déjà créatif.

Êtes-vous quelqu’un qui peut contourner un problème informatique ? Lorsque vous n’avez pas d’ingrédient pour une recette, savez-vous par quoi le remplacer ? Pouvez-vous créer des feuilles de calcul à partir de zéro ? Toutes ces activités sont créatives. Vous n’êtes peut-être pas un artiste visuel, mais cela ne signifie pas que vous ne n’êtes pas aussi créatif qu’un artiste.

2. La peur de l’échec

On nous répète sans cesse que la meilleure façon d’apprendre, c’est en faisant. Pourtant, tout au long de notre vie, nous sommes critiqués lorsque nous nous trompons.

Il n’est pas étonnant que nous ayons peur de l’échec. Il n’est pas étonnant que le perfectionnisme (l’excellence déformée au point de paralyser) sévisse.

Les conséquences de l’échec semblent énormes. Si nous échouons à nos examens, on nous dit que nous ne trouverons jamais de travail. Si nous échouons dans notre travail, nous perdons notre gagne-pain. L’échec rend tout précaire.

Et pourtant, les plus grands entrepreneurs et innovateurs échouent souvent. Ils cultivent la résilience nécessaire pour faire face à l’échec, car la seule façon de faire quelque chose de nouveau est d’apprendre à faire face à l’échec.

Ce que vous pouvez faire :

« Échouer, échouer encore, échouer mieux », a déclaré Samuel Beckett.

Trouver des moyens d’essayer de nouvelles choses, sans récolter les conséquences d’un échec trop important pour y faire face.

Commencez par innover en appelant les choses que vous faites des « expériences » plutôt que des échecs. Vous testez quelque chose et vous en tirez des leçons. En redéfinissant le succès comme un processus d’exploration et d’apprentissage plutôt que comme le résultat, vous pouvez cultiver votre curiosité.

Faites appel à la créativité et essayez de créer un nouveau repas à un moment où vous êtes le seul à devoir le manger s’il n’est pas délicieux. Jouez avec de la peinture ou de l’argile et gardez les résultats pour vous. Laissez aller votre créativité, vos pensées créatives.

Et n’oubliez pas que les erreurs peuvent conduire aux meilleurs résultats. Célèbres, les Post It Notes ont été créées lorsqu’un nouveau type de colle mis au point par un scientifique de 3M n’était pas assez collant. Qui sait à quelle innovation vos erreurs pourraient mener ?

3. La peur de l’inconnu

La créativité exige que les gens ne soient pas rigides sur la forme finale de leur création voire pas clairs du tout.   Qu’il s’agisse de créer une image, un programme informatique ou de lancer une nouvelle entreprise, le nouveau design prend souvent une forme qui n’avait pas été prévue par son concepteur.

Les créations étonnantes sont souvent celles qui sont les plus éloignées de leur point de départ. Être prêt à faire le voyage de la créativité exige que vous laissiez tomber vos idées préconçues et que vous soyez prêt à aller dans des endroits que vous n’avez pas encore explorés.

C’est difficile lorsque l’on veut complétement contrôler la façon dont on gère sa vie chargée et dont on fait les choses.

Ce que vous pouvez faire :

Vous acclimater à faire des choses sans plan. Peinture au doigt. Faire une promenade dans un nouvel environnement sans carte. Visiter des magasins, des musées et des galeries d’art que vous ne feriez pas normalement.

Essayez d’intégrer dans votre vie des personnes ayant des visions différentes du monde. Elles vous ouvriront les yeux sur de nouvelles possibilités.

4. La peur d’être déstructuré et illogique

La rationalité est très appréciée dans notre culture. Mais si le cerveau gauche peut établir des connexions logiques, c’est le cerveau droit qui permet véritablement à notre créativité de s’exprimer.

Albert Einstein l’a exprimé ainsi,

« L’esprit intuitif est un don sacré et l’esprit rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don ».

Ce que vous pouvez faire :

« N’essayez pas de créer et d’analyser en même temps. Ce sont des processus différents », a déclaré le compositeur John Cage.

N’oubliez pas que les processus du cerveau droit et du cerveau gauche ont tous deux une place dans votre vie. Utilisez votre côté non structuré pour générer une foule d’idées, aussi idiotes soient-elles. Permettez à chacune d’entre elles de devenir un point de départ pour une créativité accrue.

Ce n’est que lorsque vous laissez libre cours à votre cerveau droit que vous laissez libre cours à votre cerveau gauche, pour aiguiser ces idées et décider lesquelles ont du mérite.

5. La peur d’être jugé

Cela peut faire mal de se sentir jugé. Cela peut nous laisser dans l’embarras, ou pire, nous couper l’herbe sous le pied. Nous avons tous connu des moments où le jugement des autres nous a fait du mal.

Parfois, même les jugements qui ne sont pas destinés à faire mal, le font encore. Parfois, nous nous sentons sous-estimés ou ignorés. Ou, même lorsque quelqu’un fait l’éloge de notre travail pour ce que nous pensons être les mauvaises raisons, nous pouvons nous sentir stéréotypés ou incompris.

Il semble souvent que la façon d’éviter les jugements est de ne jamais rien faire qui puisse être jugé. Mais en faisant cela, nous restons petits. Nous gaspillons l’énorme potentiel qui réside dans chaque personne.

En fait, votre plus grande critique sera probablement votre propre esprit. Nous avons tous un critique intérieur, qui nous harcèle et alimente notre peur.

Votre critique intérieur essaie de vous protéger contre le jugement des autres. Mais ce faisant, il peut vous empêcher de prendre des risques, même raisonnables, ou d’essayer quelque chose de nouveau. Il s’en tiendra toujours aux schémas qu’il connaît.

Ce que vous pouvez faire :

Différer le jugement sur votre production créative. Au fur et à mesure que vous créez, laissez-vous aller à l’expérimentation, en laissant imagination et créativité s’exprimer. Pendant le processus, votre seul travail consiste à faire bouger les choses.

Ce n’est qu’une fois que vous avez terminé que vous pouvez faire des montages. De cette façon, vous avez quelque chose à travailler et à améliorer, plutôt que d’étouffer le processus créatif.

Lorsque vous évaluez vos efforts, faites attention au langage que vous utilisez. Traitez-vous avec gentillesse, en évitant les critiques inutiles comme « c’est nul ». Soyez plutôt spécifique sur ce que vous voulez amélioré.

6. La peur de se révéler

La créativité peut vous sembler très personnelle et cela peut vous donner un sentiment de vulnérabilité si vous la montrez aux autres.

Plus vous avez travaillé dur à quelque chose, plus vous êtes sorti de votre zone de confort et plus cela compte pour vous, plus il peut sembler risqué de l’ouvrir aux critiques extérieures.

Ce que vous pouvez faire :

Plus un travail est important, plus il vous fait vous sentir vulnérable. Renversez cette vérité, comme le recommande Steven Pressfield dans The War of Art :

« Plus nous avons peur d’une œuvre ou d’une vocation, plus nous pouvons être sûrs de devoir la réaliser. »

Plutôt que de rester bloqué dans la peur, reconnectez-vous à la raison pour laquelle elle est importante et à ce qu’elle rend possible. Utilisez cela comme un carburant pour faire passer la peur.

7. La peur du rejet

Les êtres humains sont des animaux sociaux. Il a été démontré que la solitude affecte non seulement notre santé mentale, mais aussi notre santé physique – et même notre espérance de vie. Alors, faut-il s’étonner que nous ayons si peur d’être rejetés ?

Nos écoles nous apprennent à nous conformer aux normes sociales. Les personnes créatives sont souvent qualifiées de bizarres, d’excentriques ou d’effrayantes avec leur pensée divergente.

Ce n’est pas nouveau. Les pionniers ont été rejetés tout au long de l’histoire car ils défient les conventions et perturbent l’establishment. Galilée a été contraint d’abjurer sa preuve que la terre tournait autour du soleil, et non l’inverse. Van Gogh, l’un des artistes les plus admirés au monde, n’a vendu qu’un seul tableau de son vivant.

Ce que vous pouvez faire :

Dans le monde moderne, nous avons un grand avantage que ni Galilée ni Van Gogh n’avaient. L’internet et les autres technologies de communication modernes ont rendu le monde plus petit. Il nous est maintenant possible à tous de trouver un groupe de personnes partageant nos passions, aussi étranges soient-elles.

Souvenez-vous, comme l’a dit Henri Matisse, lui-même un artiste révolutionnaire, « La créativité demande du courage ».

Approchez-vous pas à pas du risque de sortir du placard de votre propre créativité. Commencez par créer en privé. Ensuite, choisissez un groupe de soutien sûr avec lequel vous pourrez partager votre travail. Au fur et à mesure que vous prenez conscience que vous n’avez pas été rejeté, élargissez progressivement le cercle des personnes qui voient vos créations jusqu’à ce que vous ne les cachiez plus du tout.

8. La peur de ne pas être digne

Nous sommes si nombreux à nous comparer aux autres et à nous trouver en manque. En fait, même les chefs d’entreprise qui réussissent bien peuvent avoir l’impression de n’avoir réussi que par accident, d’avoir trompé les autres et de ne pas vraiment mériter d’être dans leur rôle.

Ils le ressentent en dépit des preuves du contraire, qui peuvent inclure des éloges, des qualifications ou des résultats positifs.

Ce sentiment, d’être un faux, est suffisamment courant pour qu’on lui donne un nom : le syndrome de l’imposteur. Il est particulièrement répandu chez les femmes et les groupes minoritaires – des personnes qui ont été directement ou indirectement remises en question tout au long de leur vie.

Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur peuvent prendre n’importe quel signe que leur travail n’est pas aussi parfait qu’elles l’espéraient pour « prouver » leur conviction qu’elles ne sont pas assez bonnes. Et cela peut les dissuader d’essayer d’exprimer leur créativité.

Ce que vous pouvez faire :

Souvenez-vous qu’une idée créative dans notre esprit n’est jamais aussi bonne lorsqu’elle est réalisée. L’imperfection est inhérente à toute entreprise créative. Plutôt que d’être un signe de votre indignité, c’est normal.

Le poète Robert Browning a déploré l’inévitabilité de l’imperfection, mais il a également souligné « Ah, mais la portée d’un homme doit dépasser sa portée. Ou à quoi sert le paradis ? »

Même les personnes les plus créatives peuvent se trouver dans l’impossibilité de réaliser pleinement leurs visions. C’est la nature même de l’être humain. Aspirer à plus ne signifie pas que vos efforts n’en valent pas la peine.

9. La peur de ne pas être récompensé

L’image conventionnelle de l’artiste affamé vivant dans une mansarde domine notre culture. Elle nous laisse croire que céder à notre créativité ne peut que mener à la pauvreté et à l’obscurité.

Pour progresser, ou même simplement pour nourrir notre famille, nous pensons qu’il est nécessaire de suivre des parcours professionnels « rationnels » comme le commerce, le droit ou la médecine. Tout autre choix est synonyme de difficultés financières.

Ce que vous pouvez faire :

Rappelez-vous les nombreuses carrières créatives réussies et financièrement viables. Les réalisateurs de films, les publicitaires, les graphistes et d’autres encore vivent de leur pensée créative.

Certains d’entre eux ont une part de chance. Tous les acteurs, peintres ou sculpteurs n’atteignent pas le sommet. Mais combiner des activités créatives avec un emploi qui paie les factures est une stratégie utilisée avec succès par beaucoup, et qui leur permet de garder leurs options créatives ouvertes.

Un acteur peut faire des voix off, enseigner aux enfants ou travailler avec des hommes d’affaires sur leurs compétences en matière de présentation. Les cinéastes qui ne se rendent pas à Hollywood peuvent créer des campagnes pour des organisations caritatives ou des publicités pour des entreprises.

Et n’oubliez pas que la créativité fait partie intégrante de presque tous les emplois. Faire appel à la créativité, faire appel à son imagination et trouver une meilleure façon de faire quelque chose, y compris si vous travaillez dans une usine, vous êtes créatif. Brainstorming, créativité et imagination ont leur place partout.

En coupant la créativité inhérente aux êtres humains, nous sommes plus facilement remplaçables par des robots. Rendez-vous précieux dans n’importe quel rôle en utilisant votre potentiel créatif et augmentant le niveau de créativité.

10. La peur du premier pas

Le démarrage est généralement la partie la plus difficile de tout ce qui en vaut la peine. Avant de commencer, le sentiment d’anticipation fait naître la peur, sans pour autant s’attaquer aux véritables problèmes.

C’est le moment où votre singe de l’esprit se déchaîne, vous remplissant d’anxiété plutôt que d’action. Ou pire encore, votre esprit se vide complètement et vous êtes figé.

Le blocage des écrivains est bien connu, mais le même effet s’applique à toutes les activités créatives. Il laisse les gens procrastiner et ruine leur réputation.

Le blocage de la créativité touche même les personnes connues et réellement créatives. Douglas Adams, auteur de The Hitchhikers Guide to the Galaxy, s’est fait enfermer dans une suite d’hôtel pendant trois semaines par les éditeurs de son livre pour qu’il écrive enfin So Long and Thanks for all the Fish, le quatrième livre de la série Hitchhiker, parce qu’il l’avait repoussé depuis si longtemps.

Ce que vous pouvez faire :

Beaucoup d’auteurs disent qu’ils ne croient pas au blocage des écrivains. Ce dont vous avez besoin, disent-ils, c’est de discipline pour commencer.

Écrivez tout ce qui vous passe par la tête, même si c’est un non-sens. Décrivez la scène qui se déroule devant votre fenêtre. Imaginez-vous en train de commencer au milieu de l’histoire plutôt qu’au début. Ne vous souciez pas de la qualité. Commencez simplement. Le moteur de la créativité se mettra en route.

Ce programme peut vous intéresser, vous y apprenez 18 techniques pour vaincre la page blanche. https://www.jejournale.com/mon-journal-personnel/

Il en va de même pour les autres activités créatives. Prenez un pinceau et éclaboussez la toile avec quelque chose. Jouez une note sur votre instrument. Essayez de trouver une solution à un problème, même si vous pensez que cela ne marchera pas.

Plutôt que d’anticiper les problèmes, attaquez-vous à eux. Fixez un moment où vous vous engagez à faire quelque chose, même si vous savez que ce ne sera pas bon. Après tout, vous pouvez faire des modifications plus tard. Les écrivains barrent souvent tout leur premier paragraphe, voire tout un premier chapitre.

Franklin D. Roosevelt nous le rappelle :

« Permettez-moi d’affirmer ma ferme conviction que la seule chose que nous devons craindre est la peur elle-même – une terreur sans nom, déraisonnable et injustifiée qui paralyse les efforts nécessaires pour avancer au lieu de battre en retraite ? »

Comment allez-vous convertir la fuite en progrès ? Lâchez la peur qui vous retient et embrassez le pouvoir créatif que vous possédez déjà en vous. Stimuler son imagination, stimuler sa créativité, développer son imagination, faire travailler son imagination, exprimer sa créativité, libérer sa créativité, exercer sa créativité, déployer sa créativité, autant de manières originales de devenir créatif.